L’ouïe du chat

Comme le chat a l’oreille beaucoup plus sensible que celle de ses propriétaires, il déteste les maisons bruyantes.

Une musique forte, des cris et des éclats de voix sont une véritable torture pour l’appareil acoustique délicat du félin.

Son comportement spécifique de chasseur a affiné son acuité auditive. Bien que les chiens aient un champ acoustique plus étendu que les humains, les chats surpassent les chiens quand il s’agit de détecter les sons les plus
aigus.

Cela tient au fait que, dans la chasse, les humains et les chiens comptent plus sur la poursuite et les pièges pour attraper leurs proies, alors que les chats préfèrent se tapir en embuscade et épier attentivement les bruits environnants. Pour réussir dans la chasse à l’affût, ils doivent détecter les bruissements et les couinements les plus ténus, tout en distinguant exactement la provenance et la distance, afin de localiser la future victime avec précision.

Cela demande beaucoup plus de sensibilité que nous n’en avons, et les tests en laboratoire confirment que les chats domestiques sont effectivement dotés d’une très grande faculté auditive.

Pour les sons les plus graves, la différence entre humains, chiens et chats est insignifiante — et sans grande conséquence pour qui chasse les petits rongeurs et les oiseaux.

Pour les sons aigus, en revanche, les humains dans leur prime jeunesse peuvent entendre 20 000 cycles/seconde, qui se réduisent à 12 000 cycles/seconde chez les humains atteignant l’âge de la retraite. Les chiens peuvent saisir 35 000 à 40 000 cycles/seconde, et captent des sons qui nous échappent.

Les chats perçoivent des sons allant jusqu’à 100 000 cycles/ seconde. Ceux-ci correspondent aux sons très aigus émis par les souris, qui peuvent atteindre ce niveau de vibration. C’est pourquoi les souris ne sont jamais à l’abri de l’oreille redoutable du chat.

Les avis divergent sur le seuil de perception du chat.

Pour certains spécialistes, une différenciation réelle n’est possible que jusqu’à 45 000 cycles/seconde. Au-dessus, la réaction faiblit nettement. La plupart des experts s’accordent sur un chiffre se situant entre 60 000 et 65 000 cycles/ seconde, ce qui suffit à capter les cris de la majorité des
proies.

Cette acuité acoustique des chats domestiques explique pourquoi ils semblent parfois dotés de pouvoirs surnaturels. Ils entendent et interprètent les ultrasons qui précèdent une activité bruyante, et réagissent en conséquence avant même que nous n’ayons compris ce qui se passait.

Et ne sous-estimez pas les facultés de votre félin somnolent. Même pendant la sieste, ses oreilles fonctionnent. Pour peu qu’il se passe un événement digne de ce nom, le dormeur se réveille et réagit en un quart de seconde.

C’est peut-être pourquoi il dort deux fois plus que nous, remplaçant par la durée ce qui lui manque en profondeur.

Les jeunes chats sont capables non seulement de capter des sons très aigus, mais aussi de détecter avec précision leur provenance. Ils peuvent distinguer deux sons émis à cinq centimètres l’un de l’autre, à vingt mètres de distance.

Ils peuvent séparer sans mal deux sons venant d’une même direction, mais d’une distance différente, et reconnaître un demi-ton de différence entre deux sons. Dans certains tests, cette sensibilité peut aller jusqu’à un dixième de ton.

En somme, les compositeurs ont de quoi envier les chats! Quant au simple propriétaire de chat, il ne pourra que constater à regret qu’il existe toute une gamme de sons qu’il ne peut partager avec son petit compagnon.

Une des leçons d’humilité que nous tirons de la fréquentation quotidienne de ces amis à quatre pattes est qu’en fin de compte, même si notre espèce est parvenue à dominer la planète, nous leur sommes inférieurs de bien des façons.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *